Equipe Études Comparatives en Management (ECM)

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Centre de recherche et d'étude en gestion (CREG)

Contacts

Secrétariat

Célia GUENEBEAUD (celia.guenebeaud @ univ-pau.fr)

Tél : 33 (0)5 59 40 80 61

 

Documentation

Marie-Hélène HENRY (marie-helene.henry @ univ-pau.fr)

Tél : 33 (0)5 59 40 80 60

PDF
Vous êtes ici :

Equipe Études Comparatives en Management (ECM)

Mission

 En cohérence avec la création d’un Institut Interdisciplinaire d’Etudes Européennes et Internationales sur le site de Bayonne et avec les compétences que ses enseignants-chercheurs ont développées, ECM (Etudes Comparatives en Management) se fixe comme mission de :

- proposer des recherches et des études ayant une dimension internationale dans le domaine du management,

- animer un observatoire des études comparatives en management,

- développer une réflexion faisant écho aux problématiques auxquelles sont confrontées les institutions publiques et entreprises privées, contribuer au débat d’idées, diffuser la culture en management,

- irriguer les enseignements donnés aux étudiants de Master de l’IAE,

- participer à la visibilité de l’UPPA dans son environnement local, national et international.

 

Afin de réaliser cette mission, et en cohérence avec sa dimension internationale, ECM :

- utilisera en majorité dans le futur des supports de publications internationaux, de façon à augmenter l’impact des recherches menées,

- organisera des conférences et journées d’études avec des partenaires académiques étrangers, des organisations publiques et des entreprises privées,

- rendra accessible le résultat des recherches menées en interne par la diffusion de résumés destinés à un public large qui seront disponibles sur le site internet d’ECM.

- rendra accessible le résultat d’études réalisées par des chercheurs d’autres institutions afin de diffuser les connaissances scientifiques auprès d’organisations publiques ou d’entreprises privées intéressées.

 

Organisation

 Afin de favoriser une vie scientifique fertile, ECM organisera régulièrement :

- la présentation de recherches qui en sont à leur début lors de séminaires internes destinés aux enseignants-chercheurs,

- des ateliers destinés aux doctorants encadrés par les membres d’ECM, doctorants qui seront encouragés à participer aux programmes dédiés de la FNEGE, d’IAE France, ainsi que des associations scientifiques dans le domaine du management (Association Française du Marketing, Association Francophone de Gestion des Ressources Humaines, Association Française de Finance, Association Internationale de Management Stratégique, Association Française de Comptabilité…),

- l’invitation de chercheurs étrangers, pour des séminaires et séjours.

 

Projet scientifique (au 30 septembre 2016)

Le projet scientifique d’ECM est de développer des recherches ayant une dimension internationale, notamment des comparaisons entre pays, pratiques ou systèmes, dans le domaine du management. Pour la période 2016-2020, une attention particulière sera portée à la question des transitions dans le domaine du management. Au travers du prisme de la transition, trois objets de recherche seront plus précisément étudiés :

-          la trajectoire professionnelle du salarié,

-          la trajectoire de l’entreprise,

-          l’évolution des pratiques managériales.

 

Transitions dans la trajectoire professionnelle du salarié.

La problématique de la transition permet d’envisager la trajectoire professionnelle en cohérence avec deux évolutions majeures de la société.

 D’une part, beaucoup d’entreprises, quelle que soit leur taille, deviennent des entités « globales ». La répartition géographique de leurs activités nécessite un contrôle par des salariés expatriés. Or, la transition vers le statut d’expatrié est difficile pour des raisons d’ordre personnel et familial qui limitent le vivier de volontaires, et par conséquent le développement de l’entreprise. L’expatriation représente en effet un double challenge au niveau du lien et des réseaux sociaux. Les expatriés doivent, d’une part, faire le deuil des liens sociaux dont ils sont coupés lors du départ puis, d’autre part, être capable de reconstruire, une fois sur place, un réseau social source de soutien.

Cette étude visera à comprendre comment et auprès de quelles sources se construisent les liens sociaux lors du séjour et à comprendre la nature et les caractéristiques des liens noués, ainsi que la nature du soutien fourni par le réseau social aux différents moments du processus d’adaptation à l’expatriation.

L’enjeu de cette étude est de permettre de comprendre les leviers en matière de politique des ressources humaines que les multinationales peuvent utiliser alors même qu’elles rencontrent des difficultés grandissantes à convaincre des salariés de s’expatrier du fait de la perturbation de l’équilibre social, professionnel ou académique du conjoint et des enfants.

 

D’autre part, la transformation des habitudes de travail, de consommation et le progrès technologique entraîne une diminution du salariat au profit d’autres formes d’organisation du travail, notamment l’entrepreneuriat individuel. La multiplication d’emplois de type « über » dans plusieurs secteurs de l’économie soulève plusieurs questions quant à la transition du statut de salarié à celui d’entrepreneur, à la fois pour les entreprises et les individus concernés.

La transition du statut de salarié à celui d’entrepreneur sera abordée au travers du prisme de la capacité financière du salarié ainsi que de sa réputation professionnelle, variables déterminantes pour permettre la transition dans plusieurs métiers. Une attention particulière sera portée aux conséquences de cette volonté de transition professionnelle pour l’entreprise quittée.

Cette étude sera réalisée en collaboration avec un collègue de l’Université Paris-Dauphine.

 

 

Transitions dans la trajectoire de l’organisation (entreprise privée, collectivité, etc.).

Le prisme de la transition permet également d’étudier trois enjeux économiques actuels liés au cycle de vie de l’entreprise et identifiés comme autant d’obstacles potentiels à la croissance des firmes.

 D’une part, la transition d’une activité d’exploration à celle d’exploitation est une étape décisive dans le cycle de vie de l’entreprise innovante dans la mesure où elle permet à celle-ci d’engranger ses premiers revenus. Seront notamment comparées les représentations et perceptions des acteurs (entrepreneurs et dirigeants d’une part, « facilitateurs » tels que les incubateurs et pépinières d’autre part) afin de déterminer quels sont les freins à un meilleur accompagnement. Plus largement, une comparaison de la croissance des jeunes entreprises dans deux écosystèmes différents (un en France, l’autre au Québec) sera menée.

Ces recherches prolongeront la collaboration avec l’Université du Québec à Montréal, tout en approfondissant les liens avec le Labex Entreprendre (Université de Montpellier) et l’équipe bordelaise travaillant sur l’entrepreneuriat. Dans la même optique, les conditions de la transition des entreprises familiales vers une stratégie de croissance soutenue seront étudiées.

 

D’autre part, la transition entre deux générations de dirigeants lors de la transmission de l’entreprise est une étape cruciale qui permet d’en assurer (ou non) la pérennité même. Sera en particulier analysé le moyen de lever les obstacles à l’organisation, par les dirigeants, de leur succession.

Il sera aussi intéressant de comprendre l’impact de la perte d’image occasionnée par le changement de direction, auprès des parties prenantes de l’entreprise, et quelles sont ses conséquences sur le processus de cession/transmission.

 

Enfin, la transition entre une activé locale et une activité internationale est une étape déterminante pour assurer à l’entreprise des débouchés suffisants afin d’être compétitive face à la concurrence.

Cette trajectoire suppose la mise en place de dispositifs de contrôle des filiales créées ou intégrées à l’entreprise par le biais d’acquisitions de firmes déjà implantées. Différentes alternatives seront étudiées, dont l’expatriation de cadres nationaux et la formation de cadres locaux.

 

Transition dans les pratiques managériales.

Enfin, l’angle de la transition permettra d’étudier ce que le glissement d’un paradigme managérial à un autre entraîne en termes de changement de pratiques face à trois enjeux actuels : la réduction des émissions de CO2, la réduction des risques psychosociaux et le développement économique des territoires.

 La lutte contre le réchauffement climatique est un enjeu environnemental et économique majeur. La politique d’incitation à développer des projets sur la base du volontariat pour parvenir à la réduction des émissions de CO2 a été complétée par une politique coercitive de la part du gouvernement français.

Un dispositif règlementaire (décret 2011-1336) a vu le jour en octobre 2013 portant sur l’obligation d’affichage d’information des émissions de CO2 des prestations de Transport Routier de Marchandises (TRM). La théorie néo-institutionnelle permet de comprendre comment les institutions françaises utilisent l’isomorphisme coercitif pour faire évoluer les pratiques, du moins pour amorcer le changement en matière de réduction de CO2. Se pose alors la question du changement des pratiques managériales et des pressions que les organisations et les acteurs exercent les uns sur les autres dans ce nouveau contexte.

Le projet ADESICT financé par l’ADEME est destiné à l’Analyse Dynamique Des Effets Structurels de l’Information CO2 Transport dans la relation Chargeur/Transporteur. En partenariat avec des chercheurs du MIT (CTL) et de l’Université d’Aix Marseille (CRET-LOG) l'objectif est de proposer à terme un modèle reposant sur la théorie dynamique des systèmes capable d'identifier les facteurs clés de succès et les freins associés à la mise en place du dispositif.

 

La prévention des risques psychosociaux dans des professions en contact avec le public a remplacé une politique consistant à traiter les pathologies une fois celles-ci avérées. Simultanément, de nouveaux risques sont apparus, du fait de changements dans le financement et la restructuration par la puissance publique de certains secteurs d’activités (prise en charge de l’autisme, groupements hospitaliers des territoires) qui renforcent les contraintes subies par les agents et détériorent leurs conditions de travail.

Les professions concernées sont celles particulièrement exposées soit dans le cadre d’une relation de service (secteurs médicaux, sociaux, hôtellerie-restauration, relation clientèle du secteur bancaire, etc.), soit du fait de conditions particulières (transport routier, sécurité, etc.).

Ce programme de recherche se mène en étroite collaboration avec des partenaires étrangers (notamment espagnols mais également nord-américains), académiques et/ou institutionnels, et français (collaboration avec la Chaire Santé et Travail hébergée à l’IAE de l’Université de Grenoble) dans une optique de comparaison des pratiques.

 

Le concept d’hospitalité des territoires en matière de tourisme, d’investissement industriel ou de localisation d’événements d’ampleur a supplanté le concept d’attractivité, tandis que la conception administrative d’un territoire a laissé la place à d’autres approches plus dynamiques.

L’étude de l’attractivité des territoires s’étend très souvent au-delà des frontières nationales, notamment lorsqu’il s’agit des applications en matière de tourisme, d’investissement industriel ou de localisation d’événements d’ampleur.

La conception même du territoire évolue d’une définition administrative et politique à une approche plus ouverte et systémique. Les analyses prospectives qui en découlent sont modifiées.

La notion même d’hospitalité d’un territoire (rétention de ses utilisateurs) se propose aujourd’hui comme une transition pour dépasser la seule problématique de l’attractivité territoriale.

Le champ du marketing territorial (place marketing) utilise des analyses comparatives, notamment internationales.

 

Les fondateurs d’ECM

C. Chamard, S. Cueille, G. Mendy-Bilek, O. Mérignac, J-P. Neveu, G. Recasens, A. Renucci, ML Grillat